Street Fighter V

Ah les jeux vidéo ! J’aime les jeux vidéo ! Tenez, un exemple : flânant au hasard dans la galerie marchande je tombe fortuitement sur un magasin micromania. Là, seul face à mon destin, j’entre, immédiatement salué par mon vendeur habituel. Alors oui, je sais, nous sommes loin de la force majeure, mais tout de même. Je suis venu par hasard revendre des jeux pour m’offrir le dernier né de chez Capcom : Street Fighter V.

Je n’irai pas par quatre chemins : Street Fighter, ce que j’en connais c’est bien évidement la borne d’arcade qui m’a bouffé mon argent de poche (SF II), l’épisode 4 que j’ai encore sur ma 3DS et que je kiffe grave de temps en temps, la version PS3 cross TEKKEN qui m’avait bien fait rigolé aussi. Pour le reste je vous encourage à lire les excellents articles de la presse spécialisées, où vous apprendrez que Street Fighter 2 au Japon est sorti chez nous sous le titre Final Fight et que c’était un beathem’all etc.

Moi je me fiche un peu de l’historique, ce qui m’intéresse est surtout de savoir si enfin je vais gagner un match en ligne, la réponse infra.

Street Fighter V qu’on se le dise, est un jeu très orienté compétition en ligne : il y a un classement mondial, un chat room et aussi la possibilité de combattre amicalement (car c’est bien connu, dérouiller un type avec des boule de plasma, c’est super gentil). Les personnages sont classiques, on retrouve quelques nouveaux qui ont de bonnes techniques (j’adore le prince du désert par exemple) et les effets visuels sont au top, tout comme la maniabilité et le game-play.

Bonne idée du jeu, le mode versus pour jouer en écran partagé et aussi le mode entraînement qui permet de découvrir tous les personnages et leurs techniques ; on peut programmer la difficulté de l’IA, les conditions de victoire et de match ; un véritable atout pour les noobs comme moi.

Le mode historique ? Anecdotique et d’ailleurs on s’en fiche un peu.

Alors ? et bien je me suis fait laminer par Dylan, 9 ans en 20 secondes. Je suis un vieux.

Oui Street Fighter V est un excellent jeu de baston.

Mais, car il y a un mais, je trouve que le matchmaking est un poil long, malgré le nombre de joueurs en ligne, il faut bien 2 bonnes minutes aux heures de pointes pour avoir la chance d’affronter Dylan. On espère que CAPCOM réglera cela très vite.

Pour finir sur une note plus sympathique, l’éditeur a clairement fait savoir qu’avec Street Fighter V, on touchait au dernier de la série. Le jeu sera constamment mis à jour, il y aura de nouveaux personnages dans le futur et de nouveaux modes de jeu, et tout cela sera semble-t-il gratuit (mais au conditionnel, car il faut que le jeu se vende).

Amitiés,

Dakoob

Remise à zéro

Il est des tentatives de blogs comme il est des concours Lépine : pas mal d’inventions foireuses, mais au combien de passionnés. Les passionnés, ces êtres à part, un peu en marge, qui vivent pour un thème jusqu’à devenir monomaniaque. De nos jours, ils sont nommés « fanboys » ou « fangirls ». Ils sont attachants, volubiles, parfois outranciers, mais jamais méchants. J’adore les passionnés, ils tendent vers l’émerveillement.

Pour ma part, point de passion, mais un intérêt certain pour ce qui touche à la technologie, les sciences, les jeux vidéos et ce que d’aucun appelle les loisirs numériques (et quel vilaine association de mots).

J’ai déjà tenté le blog, je me suis planté et je recommence. Me voici.

Amitiés sincères.